Vandal, ou vendu…

Haut lieu du tendance mais également quartier incontournable des visites du Marseille authentique, la plaine a su garder l’esprit de chez nous tout en assimilant les flots des cultures, pour en faire un truc bien d’ici.
Clip, pub, les murs du quartiers sont un écrin pour les projets hip-hop mais pas que.. du restau vegan au café de quartier tous se mettent au diapason.
Au fil des murs se dessine une identité street, militante, arty… Mais dur pour le profane de séparer l art urbain du street art, les commandes du wildstyle.

 

En quête de nouvelles oeuvres dans notre quartier perpétuellement en mutation, nous vous soumettons notre débat actuel:

Les commandes sont elles un moyen de financement pour un art plus authentique, ou à une utilisation fallacieuse des codes du mouvement a des fins uniquement financières.

P_20170731_111857

Il ne sagit en aucun cas d’un procès à l’intention des gens qui font du légal. Cependant peut on faire une analogie avec l’évolution des codes dans le rap. Et sans poser un regard puriste ou pronant le « c’était mieux avant » qui limite les frontières de la création, se pose la question de la transmission des codes, valeurs, et des dérives qu’engendre le fait d avoir le talent mais d’ignorer la culture inhérente à la pratique d’un art dit « global ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s